"Le Miroir, symbole des symboles"

paru aux Editions Dervy, 1995.
Deuxième édition 2011 :
Editions du Cosmogone, Lyon.

Seule quelques extraits
et une iconographie plus complète sont présentés sur ce site.


 
 
 

 IV

L'AVEUGLE NE

Extraits de
"Le Miroir, symbole des symboles",
2e édition, les éditions du Cosmogone, Lyon,
septembre 2011.




2 - La perte des certitudes
 
ET LA VISION VÉRITABLE
 
 
 
Celui qui vit véritablement a perdu toute certitude de quelque ordre que ce soit, sociale, scientifique, religieuse, spirituelle.
Il n'exclut ni ne tolère rien ni personne, il agit avec une confiance totale en la Nature et en la Vie.
Il a une perception aiguë, une réceptivité juste qui lui permettent de déployer, de manifester, de transduire depuis la Source, sans interférence d'ego inférieur.
 
...
"L'initiation à la fonction de nganga consiste à ouvrir les yeux du candidat sur les actes de violence qui se commettent autour de lui."
C'est bien autre chose que la vision ordinaire qui ne saisit des êtres que le masque, les apparences derrière lesquelles se cachent les arrière-pensées, les vérités honteuses, les hypocrisies et les mensonges des êtres.
"Din n'a pas cherché à faire de moi un visionnaire, avec toutes les résonances poétiques et prophétiques du mot en français. Il ne m'a pas ouvert les yeux sur un autre monde que celui de la violence (...)
Din s'est contenté d'ouvrir mes yeux de chair comme mes yeux intérieurs, au spectacle des personnes qui se jalousent, se haïssent, se tuent. Le moment arriva où il n'eut plus besoin de me conditionner : je vis pour de bon."[2]



Eric de Rosny a été introduit dans la Confrérie des « hommes souches »
du peuple Douala avec le nom de
Dibonje
 qui signifie « petite pousse ».
 

...
 



« 
La tentation de saint Antoine », Jérôme Bosch.
1506, Musée national de Lisbonne.
 
Cependant n'y a-t-il pas autre chose à voir au-delà des monstres intérieurs qui gouvernent l'homme encore dominé par son chaos?

...
Les disciples du Christ témoignent du fait qu'ils le virent après la crucifixion apparaître à leurs yeux dans son Corps de Gloire.
 
 
 
D'après un tableau de Marcel de Parédès exposé dans l'église Saint Martin de Monaco.
 
Michel de Parédès cite la phrase de saint Paul qui l'inspira :
"Le Christ-Jésus, c'est l'Image invisible de Dieu."
Il écrit:
"Jésus, c'est l'Homme Céleste, son corps, c'est le le corps Spirituel.
Le vrai Christ n'est pas un Christ de chair, corporel.
Deux êtres se détachent de Jésus. Il n'est donc pas question de chercher à peindre
le Christ au complet... puisqu'une moitié de son être, indissociable de l'autre,
nous échappe totalement.
Ce jeu complexe de l'Ombre et de la Lumière ne signifie rien moins que
les rapports du Créateur avec l'Homme Crée."
( Cité par Karuna Platon dans Chevaliers d'aujourd'hui,
Chevaliers de demain aux Éditions de la Promesse)
Karuna écrit, dans le livre cité :
"L'image de ce Christ en Croix exprime bien la Valeur Nécessaire d'un corps habité par
sa Forme Lumière.
La partie dense, ' l'Obscur ', cloué sur la Croix.
La Lumière qui épouse ce corps cependant Libre et Résurrectionnel."
Huile sur toile. Régor

   
...
 



FranciscoZurbaran :
Sainte Lucie (Détail).
Huile sur toile, Musée des Beaux-Arts, Chartres.
 
Dans l'hagiographie chrétienne, sainte Lucie, peinte si magnifiquement par Zurbaran, présente sur un plateau ses yeux mortels tandis que, derrière ses paupières closes, elle contemple paisiblement l'essence des choses.
...
Saint Hervé, le harpiste breton est aveugle de naissance et, sur les fresques de l'Egypte pharaonique, l'on retrouve souvent la gravure du harpiste aveugle. Il était, de par son infirmité, " le témoin constant de la nature subtile et cachée des choses et son art un moyen d'approcher de près de la musique céleste"[14].
 



Saint Hervé aveugle, guidé par un enfant,
et accompagné de son loup totémique.
Eglise de Guimiliau, Finistère.
 
...
"L'œil qui voyait a été aveuglé".[17]
 


Energie Jasmine.
Copie de la couverture du livre :
"Le Visage des Glaciers" de Platon le Karuna,
Les Editions de la Promesse, 2002.
 
Odhin, dans la mythologie scandinave, sacrifie l'un de ses yeux pour retrouver la mémoire (Mimir : sonorité MMR) de la Source.
 


La Fontaine de Mimir.
Peinture d’Annie Lauro, 1992.
 

...
Aussi le mot miroir peut-il s'entendre : mir- oïr, la guérison par l'entendement ! 

 

Milarepa à l'écoute du Son inaudible.



Miroir : M (Aime) Ir (aller) Oïr (ouïr)
Ou Mir (latin mirari : s’étonnant - Oïr) ;

Ou Mire (guérison) - Oïr.

 



Créé avec Créer un site
Créer un site